Toute l'actualité
Marques

Marques,

La bienveillance,
nouvelle valeur ?

En misant sur l'empathie et la bienveillance, les marques comptent de nouvelles valeurs qui pourraient faire la différence auprès des consommateurs.

 

GMF Assurances fait le pari de la bienveillance

Un pompier qui porte secours, une professeur de gymnastique qui guide une enfant… “Nous sommes pour ceux qui tendent la main”. Dans le cadre de sa nouvelle campagne de communication, GMF Assurances change son discours de marque. Une prise de parole centrée sur la bienveillance. Une manière de se démarquer dans un secteur de plus en plus concurrentiel (comparateurs de prix, offensive des banques assurances, loi Hamon). (Source : Les Echos)




Leroy Merlin sort de ses murs pour “bricoler” utile

Pour mettre en scène ses produits, Leroy Merlin est devenue un très gros producteur de contenus vidéos (tutoriels bricolage). Après avoir réalisé ses vidéos en studio, l’enseigne fait le choix de sortir de ses murs afin de rénover utilement des foyers, des maisons de retraites et autres organismes de bienveillance. L’ADN (média de l’innovation) souligne également que les équipes de Leroy Merlin mettent en ligne ces tutoriels à valeur caritative sur YouTube. Chaque vidéo ainsi réalisée se termine par un appel aux dons. (Source : L'ADN)



La bienveillance, nouveau critère pour classer les marques

Les marques seront-elles bientôt classées en fonction de leur bienveillance ? L'institut BVA et l'agence Change présentent un baromètre d’un nouveau genre. Deux critères permettent d’ochestrer ce classement : la capacité à améliorer la vie des gens et le respect dont la marque fait preuve dans sa relation avec les clients.  En tête de ce nouveau classement : BlaBlaCar, Europ Assistance et Decathlon. Dans le Top 10 : Yves Rocher, Ikea, E. Leclerc. En queue de peloton : HSBC, Facebook, Twitter, Coca-Cola. (source : Les Echos)


A New York, le Civic Hall contribue au bien public

A New York, Civic Hall est un espace de travail qui rassemble des entrepreneurs sociaux, des employés du secteur public, des hackers, des universitaires, des journalistes, des artistes…  Cette communauté oeuvre dans le domaine de la “Civic Tech” dont l’ambition majeure est de contribuer au bien public. La Civic Tech regroupe ces innovations qui permettent d'accroître le pouvoir du citoyen dans la ville et de rendre plus accessibles les services publics qui lui sont destinés. (Source : L'Atelier)